À lire sans modération

Jean Christophe LEVENT

ON NE DEVRAIT JAMAIS QUITTER MACAPÁ

1°Couv-Macapa.jpg
4°Couv-Macapa.jpg
JCLEVENT copie.jpg

NOTE de l’ÉDITEUR :

Jean Christophe LEVENT nous propose ici, son premier Roman : « On ne devrait jamais quitter MACAPÁ ».

Cette histoire plus vraie que vraie n’est pourtant qu’une fiction créée par l’auteur autour de souvenirs plus ou moins récents de sa vie en Guyane française et aux Antilles.

La vie dans ces territoires de France si lointains est tout autre que celle que nous vivons en métropole, le rythme est plus lent, les passions plus vives, les risques, je suppose, d’après le texte, plus présents. La mer attirante des Antilles, les fleuves mystérieux de Guyane, les couleurs vives, parfois agressives, tel l’Ibis rouge, tache de sang dans le vert si dense de la forêt, créent un contexte propice à l’évasion.

Toutes les conditions sont réunies pour que l’imagination d’un écrivain tel que Jean Christophe LEVENT réalise un ouvrage, que dis-je : un roman, empli de passion, de tendresse et d’amour. Il sait parfaitement reproduire sous sa plume, les tableaux multiples et complexes du théâtre de son intrigue.

Pris dans ce tourbillon d’actions que seule la vraie vie pourrait engendrer, le lecteur que je suis prend un véritable plaisir tant dans la qualité de l’écriture, dans la précision des descriptions, que dans les méandres de son intrigue où la jeunesse de l’héroïne et la pugnacité de tous les acteurs nous gardent à chaque instant en haleine.

Inutile de préciser que mon mini comité de lecture fut séduit au parcours de ces pages qui rendent un véritable hommage à la beauté de ces paysages exotiques à la fois si loin, géographiquement, et si proches, historiquement, de nous tous.

Jean KUBLER

Lorsqu'elles se retrouvèrent seules, les deux sœurs retrouvèrent, aussi, leurs thèmes de discorde. - Amanda, tu arrives bientôt à terme, as-tu pris une décision ? - Toujours la même, petite sœur, je n'ai pas les moyens de changer d'avis. - Mais c'est ton enfant que tu vas abandonner ! Forcément tu le regretteras un jour ! Une mère ne peut pas abandonner son enfant, Amanda. - Moi je le pourrai. Ce n'est pas de gaîté de cœur et je ne suis pas un monstre, mais je dois refaire ma vie. Ce gosse est un accident et le destin n'a rien fait pour moi, ni pour lui. Dans l'intérêt de tous, j'accoucherai sous X, comme je te l'ai dit, et je le ferai en Guyane, pour qu'il soit protégé par les lois françaises. Après, je retourne à Macapá. Je regrette d’être venue ici. On ne devrait pas vouloir échapper à son destin. On ne devrait jamais quitter Macapá. - Amanda, s'exclama Soraya en lui prenant les mains, j'ai une proposition à te faire ; elle va te paraître folle mais écoute-moi. - Je t'écoute petite sœur… - ………………..……….

Petit aperçu de « On ne devrait jamais quitter MACAPÁ »

Biographie de Jean Christophe LEVENT

Jean Christophe LEVENT a quitté l’Occitanie à l’âge de vingt ans. Après un cursus universitaire à l’UAG de Fort-de-France, il devient professeur de lettres et privilégie une carrière outremer. Les DOM-TOM en général et la Guyane en particulier ont comblé ses rêves d’exotisme et d’horizons lointains. De retour en terre occitane il redécouvre aujourd’hui, en famille, ce « pays natal » dont il ne s’était, affectivement, jamais éloigné. La littérature francophone ultramarine (antillo-guyanaise et haïtienne notamment) est toujours, pour JC Levent, une rafraichissante source d’évasion. On ne devrait jamais quitter Macapá est son premier roman.